Gem Tri Athlé Triathlètes, Coureurs, Traileurs et Nageurs . Adeptes de courses avec obstacles
13420 GEMENOS
06.63.37.77.04

VOIR ARTICLE et vidéos officielles

LA PROVENCE en bas de la page
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

geneviève qui sort de l'eau

 

photos organisateur: jean christophe avant les engelures

photos organisateur: fabrice à l'ironman aix 13/5/2018

UN IMMENSE BRAVO À TOUS LES 4.
BELLE LEÇON DE LIONEL
 
Lionel est arrivé au bout en 5h44'34"

nage: 35'34  -  
T1 5'37"
vélo: 2h48'16" -  
T2 5''47"
càp: 2h09'
 
627e/2073 - 37e de sa catégorie
 
Énormément d'abandons, les concurrents sont gelés. 
Frigorifié à 2 km de l'arrivée Jean Christophe n'a pas pu finir le vélo.
Fabrice n'est pas reparti 
Geneviève, arrêtée au 82e km aussi en hypothermie.

Bravo à tous les 4. c'était vraiment difficile!
Respect à Lionel à peine déplatré qui a si bien tenu! Quel mental!!!
 
LIRE ci-dessous les RÉCITS DE NOS HÉROS DU GTA
 
 

 

Seul finisher du GTA Lionel nous raconte...

C'est le genre d'évènement dont tu guettes l'ouverture des inscriptions plusieurs mois à l'avance pour être sûr d'avoir ta place. L'Ironman d'Aix, mi-Mai, c'est comme un Graal. Tu te dis que nécessairement, ce sera une belle journée...
A l'approche de l'épreuve, sur toutes les chaines, la météo se gâte déjà, avis de grosses averses, neige à moins de 1000m, baisse forte des températures annoncées.
Pourtant à 7h, ce matin, les nuages sont encore hauts, 12-15° à Peyrolles, l'eau du lac est même à 18-20°. Goooood ! On se dit que ça passera...
Tout commence bien avec le confort des rolling starts en natation. J'ai pas nagé depuis un mois, le bras gauche manque de puissance et d'allonge depuis la fracture de fin Avril, mais bonne glisse, un régal en 34mns pour 2km.
Transition vélo. Il fait bon, je pars en trifonction, sans coupe-vent (juste un lycra quoi). Là, c'est la Chevauchée Fantastique, des cyclistes doublés par centaines ! supers sensations, j'enquille les relances sans être dans le rouge. Premières pluies au-dessus de Pourrières. J'ai pas envie de chuter donc descente en douceur sur les freins.
Dès le plat de Puyloubier, grosse relance. Mais en face sud de la Ste-Victoire, la météo a vraiment changé, la température baisse brutalement, nuages et première averse sérieuse dans la montée du Cengle.
Et puis tout part en sucette... la pluie devient glacée, des vélos dans le décor à chaque virage, les premiers abandons, des secours. Mes bras et jambes deviennent écarlates. Je n'arrive plus à presser le bidon pour boire. Il ne reste que 10 bornes pour arriver à Aix. 10 kms en temps normal, c'est rien. Là, ça devient l'enfer, je grelotte mais j'appuie pour essayer de me réchauffer. Puis tout mon corps commence à se raidir. Descente du Tholonet, vent, froid et statique sur le vélo, damned !!!! Les muscles du cou, la poitrine, les bras se contractent. J'ai l'impression d'être bourré, la vision se met à sauter. J'arrive enfin au stand de transition, centre d'Aix.
2h48 pour 90km (32km/h de moyenne), encore good.
Et c'est là qu'un triathlon qui devait bien se dérouler devient une course EXTREME. Je sais de quoi je parle. Le genre de course où tu dois gérer ton corps comme de la mécanique, écouter les moindres signaux et réagir au plus vite même si le cerveau ralentit lui aussi 🙂
Course à pied. D'habitude mon point fort. Mais l'hypothermie est engagée. Ils n'ont pas encore sorti les couvertures de survie. Je trouve un sac poubelle que je perce pour passer la tête. Je respire à l'intérieur pour garder ma propre chaleur. Faut que je me réchauffe absolument.
Après 2kms, crampes des quadriceps aux 2 jambes. Scotché, Rien ne va plus. J'arrive à me détendre mais basta ! ça suffit. Je décide d'abandonner, j'arrête. Demi-tour, je rentre, y en a marre...
... j'arrête ?
... t'es sûr ?
... peut-être que c'est pareil pour les autres ?
... peut-être que c'est même pire
Bon, ok, je redémarre.
J'attrape enfin une couverture de survie que je m'enroule autour du corps sous le sac.Je serre au cou, je serre à la taille pour que l'air ne circule pas. Je continue de respirer dedans.
Ravito. Je prends 3 verres d'énergie coup sur coup.
En tout, il y a 9 ravitos. Je fais pareil sur les 9 ravitos ! 3 verres d'énergie par ravito. Faites le compte 🙂
Il y a trois tours de 7kms pour boucler ce semi.
Le premier est évidemment un calvaire. Je retrouve enfin ma lucidité sur le 2e. Au 3e, je peux enfin appuyer de nouveau, dégager mon sac et ma couverture qui m'ont sauvé la mise pour passer la ligne à 12-13 km/h avec le sourire !!!!! Rhaaââââ !!!! 37e de la catégorie en 5h44.
Tout le long, je pense à Geneviève engagée dans cette galère - c'est vrai !! 😉 - Mais elle vous racontera son histoire elle-même.
J'ai bien tenté d'avoir un slots aux mondiaux 70.3 en Afrique du Sud mais, avec Jalabert dans la même catégorie, le froid, la pluie, le souci de ne pas rechuter sur la fracture et le manque d'entrainement depuis un mois... c'était compliqué. FINISHER, c'est déjà énorme.. 😉
Bravo à Fabrice, Jean Christophe et Geneviève qui ont tenu autant qu'ils pouvaient dans ces conditions Dantesques ! Des centaines d'abandons, plus de 2200 inscrits, 1370 sont arrivés.
Forza GTA !
 

Geneviève : Apocalypse Ironman

 
Bilan: 2km nat + 82 km vélo + hypothermie
 
Apocalypse Ironman 😱
Réveil 5h. Arrivée à Peyrolle 6h30 après avoir traversé des embouteillages (hallucinant).

Natation dans un beau lac, avec une météo encore correcte. À ma montre: 2km, 47’ Normalement, le pire pour moi devait être passé...... Je sors de l’eau, il commence à pleuvoir.

Vélo: je suis contente et avance bien, double (mais c logique après ma natation merdique). Je re croise des filles, on papote gentiment, le sourire malgré une pluie régulière. Je me sens bien et fais une bonne moyenne (pour moi, tout est relatif). Vers le 55e km, le ciel me tombe sur la tête, par Toutatis! 🙆🏻‍♀️ Orages, éclairs, bourrasques. Le moral n’est pas atteint, je reste optimiste...... ça va pas durer, ça va pas durer, ça va bien finir par s’arrêter !! Ça ne s’arrête pas. Je commence à me refroidir sérieusement, la montée du col du Sangle ne me réchauffe pas.

Tout le long du parcours vélo c’est le chaos. Beaucoup d’accidents, glissades individuelles ou groupées, je n’ai jamais vu autant de vélos dans les fossés ni de véhicules d’intervention sur une course. 😢

Arrivée en haut du col 82e km (a 8km de l’arrivée vélo), on est arrêté par des bénévoles qui ont dû judicieusement déceler des hypothermie. Jean Christophe a dit qu’il tremblait comme un fou, j’étais atteinte de la même folie. Je pense avoir été arrêtée à temps.......... Je n’ai pu me réchauffer complètement qu’à 20h sous la douche.
C’est ce que l’on appelle une journée mémorable !

Ironman s’en souviendra aussi, sur 2500 inscrits, seuls 1300 sont finisheurs.
Bravo à Lionel qui avec 1 /2 bras et sans doute lui aussi une hypothermie a terminé avec un chrono très honorable 👍🏻
Le côté positif c’est que je sais quoi mettre dans mes sacs de transitions pour le prochain tri
 

Récit Jean-Chri

Malgré une hésitation de pas prendre le départ je profite d’une accalmie au lac pour me dire vas y 👍
 
la natation se passe bien et les 40 premiers kilomètres velo aussi 🚴🏻‍♂️
Jalabert me double à bloc suivi par une moto de France télévision qui faisait un reportage sur lui
ensuite la pluie en trompe s’invite 😬😬 et la dernière descente du tholonet je tenais plus mon vélo je tremblais comme un fou et je m’arrête à 2 kms de l’arrivée
 
Réchauffé dans un VSAB de pompiers qui prennent 4 autres congelés et ils nous ont ramené à la transition velo longtemps après et dans les salles un spectacle apocalyptique de personnes sous des couvertures de survie tremblant de froid 😌😌😌course à oublier en espérant pas trop de séquelles vu le froid glacial 🙏Chapeau à Lionel que j’ai vu passé devant moi quand j’étais dans l’ambulance 💪💪
 
 

J’avais décider de partir au plus vite pour essayer de devancer la tempête 2 ème ligne rolling Start mais là les écailles étaient encore chaude 😬😬
 

Fabrice finit le vélo mais ne repartira pas

Eh ben je m'en souviendrai de celui là !

Tout avait pourtant bien commencé. . .
Une natation correcte en 41'30" ce qui est pas trop mal pour mon niveau et mon manque d'entraînement.
Départ vélo et dès les premiers kilomètres je sens que les jambes sont au rendez vous. Je me surprends même à remonter plusieurs concurrents sans trop forcer.
Première grosse averse du côté de Ginasservis, mais ça ne dure pas longtemps heureusement.
Retour sur Rians, là encore je remonte, poussez vous !
Sortie de Rians je commence à payer, les cuisses chauffent et quelques concurrents que j'avais doublé me repassent. Mais je sais qu'il y a une belle descente juste après alors je gère et je serre les dents.

Le temps d'une petite pensée pour mes grands parents en traversant Pourrieres et là on comprend vite que le retour vers Aix ne sera pas une partie de plaisir. . . La ste Victoire a tout simplement disparu derrière un gros nuage sombre et ce qui devait arriver arrive, on se fait copieusement doucher par une bonne grosse pluie glaciale qui refroidit tout le monde, bien aidée par un vent de travers, glacial lui aussi. En 2mn je suis trempé et gelé.
Dans le col du Cengle on entend 2/3 tonnerres, dont un vraiment pas loin et là je me dit que ça craint !

La descente qui suit est un calvaire. Pourtant d'habitude c'est plutôt sympa les descentes en vélo, ben là pas du tout ! La vitesse accentue la sensation de froid, les freinages sont approximatifs car je ne sens plus mes doigts, des coureurs chutent, d'autres préfèrent abdiquer et trouvent refuge là où ils peuvent, sous un abri bus, dans le fourgon des gendarmes, d'autres même chez l'habitant.
Perso je préfère continuer à rouler pour pas trop me refroidir (!) et je sais que si je m'arrête là ça va être compliqué de rentrer.

Bref j'arrive enfin à Aix. Je pose le vélo et file me changer mais je sais déjà que je ne vais pas repartir sur la course à pied. Je suis frigorifié, je tremble de partout, je claque des dents et il pleut toujours autant. . .
Fin de l'aventure donc. Le sport c'est sympa, se fixer des objectifs et les atteindre c'est super, mais la santé passe avant tout et là j'étais vraiment pas en état de continuer. Pas envie de finir sous la tente de la Croix Rouge... (qui de toute façon était pleine)
Y en aura d'autres. . .
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

IRONMAN 70,3 DANS LA PRESSE

Article sur l’Ironman d’Aix dans la Provence du jour.
Même les pro prennent des hypothermies 😢 Quelque part ça rassure, ils sont humains aussi....... et encore ils ont commencé le vélo 1h avant moi, ils ont roulé 1h sans la pluie, merci le rolling start 😬

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
 
 
et on voit que ce n'est pas la même course pour les 1ers partis... et pour les autres!autre vidéo officielle